Logo LES PAVÉS BORDELAIS

par | 7 Mar 2024 à 09:03

Arcachon prend le large : 11 millions pour une mer plus claire

Temps de lecture : 2 minutes Arcachon et le Bassin prennent un virage écologique avec un investissement de 11 millions d'euros pour améliorer le traitement des eaux usées. Suite à la crise ostréicole due au norovirus, cette initiative vise à prévenir les contaminations futures, protégeant ainsi l'écosystème local et assurant la sécurité des produits de la mer.
Temps de lecture : 2 minutes
Temps de lecture : 2 minutes

À Arcachon, quand on parle d’eau, ce n’est pas pour évoquer la dernière session de surf ou les bains de soleil sur le banc d’Arguin. Non, le sujet brûlant du moment, c’est l’eau usée. Glamour, vous avez dit ? Peut-être pas à première vue, mais attendez de voir le grand plongeon que s’apprête à prendre le Bassin d’Arcachon avec un investissement de 11 millions d’euros pour le traitement de ses eaux usées. Et ce, mes amis, c’est une véritable odyssée moderne, un peu moins épique qu’Homère, mais tout aussi crucial pour nos ostréiculteurs et nos baigneurs.

 

Un coup de barre après la tempête

Suite à une crise ostréicole qui a vu le norovirus jouer les trouble-fête fin 2023 (rappelez-vous, cette période où les huîtres étaient aussi interdites que de doubler sur la file de droite), les maires des 12 communes du Bassin et le préfet de la Gironde ont décidé de passer à l’offensive. L’objectif ? Éviter que les plats de fruits de mer ne se transforment en roulette russe alimentaire.

 

La recette d’un futur plus limpide

Alors, comment compte-t-on purifier les eaux du Bassin ? Par une alchimie mêlant canalisations flambant neuves et bassins de rétention capables de contenir les assauts de Zeus lui-même lors des fortes pluies. Cet investissement colossal de 11 millions d’euros sur trois ans sera partagé entre l’État et le SIBA (le syndicat qui veille sur l’assainissement des 12 communes). On parle ici d’une véritable opération commando contre les eaux rebelles.

 

Tempêtes en vue et réalisme politique

Mais Yves Foulon, le capitaine du navire Arcachon et président du SIBA, nous rappelle qu’on ne peut pas toujours gagner contre les éléments. Le territoire, aussi fortifié soit-il, ne sera jamais totalement à l’abri des caprices de mère Nature. Cependant, cette initiative n’en est pas moins un pas géant vers une gestion plus sage et plus durable des eaux du Bassin.

 

Des huîtres sous haute surveillance

Quant aux ostréiculteurs, dont les festivités de fin d’année ont tourné au vinaigre, leur sort est désormais entre les mains de la Commission européenne. Avec des pertes estimées à 8 millions d’euros, on imagine aisément l’ampleur du casse-tête. Mais, comme dirait l’adage, après la pluie vient le beau temps. Et ce beau temps se traduit aujourd’hui par une action concrète pour un avenir plus clair et plus propre pour le Bassin d’Arcachon.

 

Conclusion

Alors, oui, les eaux usées, c’est peut-être pas le sujet le plus sexy au premier abord. Mais quand on voit l’engagement de nos élus et de l’État pour un Bassin d’Arcachon plus propre, on ne peut que se réjouir. C’est la preuve vivante que, même face aux éléments déchaînés et aux crises sanitaires, notre coin de paradis sait se réinventer et naviguer vers des eaux plus saines. Alors, à quand la prochaine dégustation d’huîtres, sans l’ombre d’un virus en vue?

gcope
gcope