Logo LES PAVÉS BORDELAIS

par | 11 Juin 2024 à 08:06

Submersion sentimentale sur le Bassin d’Arcachon : catastrophe naturelle ou réveil écologique ?

Quand la tempête Karlotta a frappé le Bassin d'Arcachon, ce n'était pas juste une visite désagréable. C'était un réveil brutal. Avec Andernos-les-Bains et La Teste-de-Buch maintenant reconnues en état de catastrophe naturelle, il est temps de se demander si nous assistons à des catastrophes 'naturelles' ou à des cris d'alarme de notre planète fatiguée.
Temps de lecture : 2 minutes

« Les pieds dans l’eau, mais la tête où ? »

Quand Karlotta a décidé de danser sur le Bassin d’Arcachon en février, elle ne s’est pas contentée de faire trempette. Non, madame a carrément inondé le dancefloor! Résultat : Andernos-les-Bains et La Teste-de-Buch sont maintenant cataloguées « zones sinistrées ». Catastrophe naturelle, vous dites? Plus un wake-up call climatique, si vous voulez mon avis.

Un chèque de l’Europe, mais après ?

Flash info : l’Europe a gracieusement envoyé un petit 11 millions d’euros pour éponger le désastre. Sympa, mais ça sent le pansement sur une jambe de bois. Car si on parle bien de réparation, qui va s’attaquer à la prévention ? Les dépressions comme Karlotta, on va les revoir, et plus fréquemment qu’on ne le pense. Alors, c’est bien joli de réparer les pots cassés, mais si on commençait par ne pas les mettre sur le bord de la fenêtre ?

Des égouts qui dégueulent, des habitants qui suffoquent

Imaginez, vous êtes à Andernos ou à La Teste-de-Buch, tranquillement en train de vivre votre meilleure vie ostréicole, et paf, les égouts se transforment en geysers malodorants. Pas vraiment le spa que vous aviez envisagé, hein ? C’est le quotidien post-Karlotta. Les rues transformées en canaux, les commerces en piscines municipales improvisées. Et le pire? Il semble que tout cela était prévisible.

Et maintenant, on fait quoi ?

Il y a ce truc avec les catastrophes : elles ont tendance à devenir de formidables révélateurs des failles de nos sociétés. Le Bassin d’Arcachon, avec ses paysages de carte postale, se retrouve aujourd’hui face à une vérité moins instagrammable : le changement climatique n’est pas une vague menace lointaine, c’est l’eau qui monte, littéralement, à nos portes.

Donc, au lieu de s’étonner chaque fois que la nature nous tape sur les doigts, pourquoi ne pas envisager de réellement changer notre manière de vivre avec elle ? Prévention, infrastructures adaptées, écoute des experts… Ce ne sont pas les pistes qui manquent, mais peut-être la volonté ?

On rame tous dans le même bateau

Finalement, cette histoire d’inondation, c’est un peu le miroir grossissant de nos propres contradictions. On aime penser que nos belles régions resteront éternellement comme dans nos souvenirs d’enfance ou nos brochures touristiques. Mais la réalité, c’est que Karlotta n’est que la messagère des tempêtes à venir.

Alors, au lieu de simplement colmater les brèches à chaque nouvelle crise, si on commençait par vraiment respecter ce terrain de jeu qu’est la Terre ? Parce qu’à la fin, qu’on soit de Bordeaux, de Paris ou d’Andernos, on rame tous dans le même bateau. Et actuellement, ce bateau, il prend l’eau. Mais bon, peut-être que c’est juste moi qui suis trop attaché à l’idée d’avoir un futur où les pieds au sec ne seront pas un luxe.

gcope

gcope