Logo LES PAVÉS BORDELAIS

par | 8 Juil 2024 à 08:07

Un été artistique à Bordeaux : Deux expositions incontournables

Cet été, Bordeaux se transforme en un carrefour d'art contemporain, accueillant les œuvres provocantes de Valérie Belin et les installations captivantes de Nina Beier. 'Visions silencieuses' de Belin explore les illusions de la réalité tandis que 'Nina Beier. Auto' au Capc nous interroge sur notre rapport aux objets. Ces expositions ne sont pas seulement des événements artistiques, elles sont des fenêtres ouvertes sur des mondes où la ligne entre le réel et l'imaginaire est aussi fine que du papier à cigarette.
Temps de lecture : 3 minutes

Plongée dans le grand bain de l’art bordelais

Ah, Bordeaux ! Connue pour ses vins, son architecture historique, et maintenant, pour un été qui promet d’imbiber ses rues non pas de la sueur habituelle des touristes, mais d’art contemporain pointu. Parmi l’éventail des offres culturelles, deux expositions se démarquent, présentant la photographie hypnotique de Valérie Belin et les intrigantes narrations d’objets de Nina Beier. Accrochez-vous, amateurs d’art, ce n’est pas la visite d’art de mamie !

1. Valérie Belin : estomper les frontières entre le réel et le surréel

D’abord, parlons de Valérie Belin, une visionnaire qui capture bien plus que des images ; elle capture les imaginations. Son exposition intitulée « Visions silencieuses » à la Galerie et au Musée des Beaux-Arts, est une plongée profonde dans trois décennies d’exploration artistique. Des échos vitreux des derniers miroitiers de Murano à l’attrait scintillant de sa série « Lady Stardust », l’œuvre de Belin est une masterclass en évolution.

Oubliez les technicités arides ; c’est le va-et-vient constant entre réalité et illusion qui définit son œuvre. Son art n’est pas seulement vu ; il est ressenti. C’est une illusion d’optique sous stéroïdes, sans la chemise ringarde et le chapeau à lapin. Que ce soit le noir et blanc austère de ses premiers jours ou les manipulations numériques vivantes des années récentes, l’art de Belin vous fait questionner votre vision, et peut-être, même votre santé mentale.

Ses pièces, comme les trois « Super Models » qui prennent actuellement d’assaut la salle à manger du Château Pape Clément à Pessac, ne sont pas simplement exposées ; elles dominent, exigeant que les spectateurs s’engagent avec l’espace autant qu’avec l’art lui-même.

2. Nina Beier : Des objets du quotidien aux histoires extraordinaires

Ensuite, glissons vers le monde de Nina Beier au Capc, le musée d’art contemporain situé dans un ancien entrepôt de marchandises coloniales—parlez d’un lieu avec du caractère ! Son exposition, « Nina Beier. Auto », est moins une question de regarder de l’art que d’espionner une conspiration d’objets. Des vases en porcelaine et des voitures miniatures aux toboggans-éléphants, chaque élément de la collection de Beier porte une narration, assemblée à partir du tissu de vies passées et de contextes présents.

Les installations de Beier ne sont pas juste des configurations ; ce sont des pièces maîtresses dans un drame qui se déroule autour de la décadence et de la transformation des symboles sociétaux. Ces lions en marbre à l’entrée des bâtiments ? Ils ne sont plus juste décoratifs ; ils sont une déclaration sur le pouvoir, réutilisés et recontextualisés.

Pourquoi ces expositions sont incontournables

Alors, pourquoi devriez-vous vous en soucier ? Parce que cela ne concerne pas seulement Bordeaux devenant un mecca temporaire pour les enthousiastes de l’art. Il s’agit d’interagir avec un art qui vous challenge et vous change. C’est faire une pause dans le quotidien pour plonger dans des mondes façonnés par Belin et Beier—des mondes où la ligne entre ce qui est réel et ce qui est possible est délicieusement distordue.

Alors que l’été s’intensifie, ces expositions offrent un refuge frais, une chance de se relaxer à l’ombre projetée par ces œuvres monumentales. Que vous soyez local, touriste ou simplement un flâneur curieux de l’art, manquer ces spectacles serait un faux pas culturel de proportions épiques.

Alors, chaussez vos chaussures de marche, préparez votre Instagram et dirigez-vous vers ces lieux. Après tout, dans le théâtre de la scène artistique bordelaise cet été, vous devriez vraiment avoir un siège au premier rang. Et croyez-moi, alors que les histoires de ces objets et images se dévoilent, vous découvrirez que dans le monde de l’art contemporain, Bordeaux sert des breuvages sérieusement enivrants—pas besoin de vin.

Pierre François

Pierre François

Pierre François

Pierre François

Auteur / Economiste / Sociologue

👔 Sociologue et Chercheur
📍 Basé à Paris | Spécialiste en sociologie économique et sociologie de l’art
🎓 Formé à l’École Normale Supérieure et à l’Institut d’Études Politiques de Paris
🤝 Dirige des projets de recherche centrés sur le capitalisme et l’assurance
🌍 Intéressé par les liens entre économie, culture et société
💼 A publié sur des thèmes variés liés à l’économie et à l’art
📸 #Sociologie #Économie #Culture