Logo LES PAVÉS BORDELAIS

par | 15 Avr 2024 à 09:04

Bordeaux se prépare pour le futur : 20 millions pour transformer la gare Saint-Jean

Temps de lecture : 2 minutes Bordeaux s'apprête à révolutionner la gare Saint-Jean avec un investissement de 20 millions d'euros visant à optimiser l'accès et améliorer l'intermodalité pour une fréquentation prévue de 30 millions de voyageurs. Entre concertations publiques et défis logistiques, explorez les contours d'un projet monumental qui promet de redéfinir la mobilité urbaine à Bordeaux.
Temps de lecture : 2 minutes
Temps de lecture : 2 minutes

Bordeaux, cette belle endormie, semble enfin se réveiller sous l’effet stimulant de l’expansion démographique et des pulsations rapides de la LGV. Le cœur de cette transformation ? La gare Saint-Jean, qui, de modestes 11 millions de voyageurs en 2014, s’apprête à battre des records avec une fréquentation qui pourrait grimper à 30 millions d’âmes pressées d’ici 2030. La métropole bordelaise, dans un élan futuriste teinté de pragmatisme, ouvre les cordons de la bourse avec un investissement prévu de 17 à 20 millions d’euros. Le but ? Métamorphoser les accès à cette cathédrale du transport pour une symphonie intermodale.

 

Une épopée ferroviaire en plein renouveau

Après une première mue en 2010, Saint-Jean se prépare à une nouvelle révolution. Cette fois, l’enjeu est de taille : transformer l’espace pour répondre à l’afflux massif de voyageurs, tout en respectant le sacro-saint principe d’accessibilité. Ce n’est pas juste un coup de peinture et quelques nouveaux bancs ; nous parlons d’une révision complète du parvis, des parkings et des zones de dépose. Imaginez un ballet parfaitement chorégraphié de bus, voitures, et pourquoi pas, de vélos, avec la promesse d’une « vélostation » doublée d’ici à la fin de l’année.

 

Concertations et controverses : le menu de 2024

Bien sûr, un projet d’une telle envergure ne se fait pas sans grincer quelques dents. La concertation publique, prévue pour après l’été 2024, promet d’être aussi pimentée qu’une bonne bouteille de Bordeaux. On parle déjà de fermer l’accès automobile à certaines zones — une perspective qui fait tousser dans les rangs des habitués du volant. Le conseil métropolitain, dans un élan de démocratie participative, a déjà mis les pieds dans le plat avec une étude de faisabilité qui jongle entre performance intermodale et douceur de vivre.

 

L’écologie et l’humain au cœur du projet

Ce n’est pas seulement une question de béton et de bitume. Bordeaux Métropole semble vouloir composer une ode à la mobilité durable. Bus, vélos, piétons : tous auront leur part du gâteau. Et pour ceux qui craignent que cette transformation ne soit qu’une façade écologique, rappelons que le projet est soutenu par le programme européen Connecting Europe Facility — un gage de sérieux et d’engagement envers des déplacements plus verts.

En résumé, Bordeaux se prépare non seulement à accueillir le monde avec ses bras ouverts, mais aussi à redéfinir ce que signifie se déplacer en ville. Entre ambition et nécessité, le réaménagement de la gare Saint-Jean est plus qu’un projet : c’est le symbole d’une ville qui court vers l’avenir, un verre de vin audacieux à la main, prête à défier les standards du transport urbain. Que la concertation commence !

gcope

gcope