Logo LES PAVÉS BORDELAIS

par | 8 Avr 2024 à 15:04

ZFE à Bordeaux : Un Pas en Avant ou un Recul Écologique ?

Temps de lecture : 2 minutes En 2025, Bordeaux introduira une Zone à Faible Émission moins restrictive que prévu, limitant la circulation seulement aux véhicules immatriculés avant 1997. Cette mesure, résultant de contraintes budgétaires et politiques, soulève un débat sur l'efficacité de l'accompagnement financier et les alternatives de transport.
Temps de lecture : 2 minutes
Temps de lecture : 2 minutes

Entre Ambitions et Réalités Budgétaires

Dès 2025, la Zone à Faible Émission (ZFE) de Bordeaux va transformer la circulation dans l’intra-rocade, mais pas autant que prévu initialement. Si l’objectif de départ visait à restreindre l’accès à tous les véhicules porteurs de vignettes Crit’Air 3 ou inférieures, impactant près de 300 000 véhicules, la réalité économique et les pressions politiques ont finalement imposé un compromis significatif.

 

Une Ambition Édulcorée

La mesure finale est loin de l’ambition originelle. Seuls les véhicules immatriculés avant 1997 et donc sans vignette Crit’Air seront interdits de circulation dans la zone définie. Cela réduit le nombre de véhicules concernés à environ 26 975, un chiffre minuscule comparé aux projections initiales. Cette décision représente un véritable renoncement aux yeux de l’opposition municipale, qui n’hésite pas à parler de « trahison » des promesses écologiques.

 

Le Financement de la Transition : Un Nœud Gordien

Face à ce qu’ils considèrent comme un affaiblissement des mesures, certains critiquent le manque de moyens financiers alloués par l’État pour soutenir la transition écologique. Pourtant, Bordeaux Métropole ne reste pas les bras croisés et propose des aides financières substantielles, de 4 000 à 6 000 euros par ménage affecté, cumulables avec les primes nationales. Mais pour beaucoup, cela reste insuffisant.

 

Vers des Alternatives Durables

Claudine Bichet, vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge de la ZFE, met l’accent sur la nécessité de développer des infrastructures alternatives. Le financement prioritaire de réseaux de vélos et de bus express semble être la voie choisie pour compenser les restrictions imposées par la ZFE. Ce choix stratégique souligne un virage vers des solutions plus durables, bien que le débat sur l’efficacité et la suffisance de ces mesures reste ouvert.

 

Conclusion : Un Compromis Contesté

La ZFE de Bordeaux illustre parfaitement les tensions entre ambition écologique et réalités économiques. Alors que les mesures finales paraissent diluées, la question de l’accompagnement financier des ménages demeure un point sensible. Cette initiative, bien que moins restrictive que prévu, marque néanmoins un pas vers un futur plus durable, même si le chemin reste semé d’embûches et de controverses.

En définitive, cette ZFE est-elle un véritable progrès ou un pas en arrière pour Bordeaux ? Seul l’avenir dira si les actions prises sont à la hauteur des enjeux environnementaux actuels.

gcope

gcope