Logo LES PAVÉS BORDELAIS

par | 21 Juin 2024 à 09:06

Un grand destockage du magasin culte Toto à Bordeaux avec des prix (fra)cassés

Découvrez le grand destockage des magasins Toto à Bordeaux. Avec des réductions de -30% à -50%, c'est l'occasion rêvée de vous offrir des tissus de qualité à petit prix. Faites partie de l'histoire en saisissant les dernières perles avant la fermeture définitive de cette institution française du DIY.
Temps de lecture : 2 minutes

Tissus en berne : la fin d’une époque à petits prix

ALERTE BON PLAN mais triste nouvelle : Toto, c’est fini !

C’était plus qu’un magasin, Toto était le symbole d’un certain art de vivre à la française. Imaginez, une caverne d’Ali Baba pour les accros du DIY et les fans de couture, bourrée jusqu’aux gonds de tissus chatoyants et de mercerie qui scintille. Un lieu où, pour quelques euros, vous pouviez transformer votre appart en petit Versailles ou en squat punk, selon l’humeur du jour.

Mais voilà, tout a une fin. Les boutiques Toto de Bordeaux (situées au 90 et 100 cours Victor Hugo) sont en train de tirer leur révérence. Une vingtaine de magasins doivent vider leurs étagères avant de baisser définitivement le rideau mi-août.

Le grand déballage : tout doit disparaître !

Promos de -30% à -50%, c’est le moment de vous précipiter si vous voulez toucher du doigt les dernières reliques d’un empire du tissu. Du voilage qui a vu plus de fenêtres que de couturiers à la nappe qui a épongé plus de larmes que de déversements, tout y passe.

Pourquoi cette clôture si soudaine ? La mode fast-fashion et la montée des géants du e-commerce avec leur livraison plus rapide que votre ombre, ont eu raison de ce vieux géant. Le digital mange le réel, et Toto, dans sa charmante désuétude, n’a pas su devenir un hashtag tendance.

L’âme des tissus : plus qu’une affaire de chiffons

Ce n’est pas juste des mètres de tissus que l’on vend ici, c’est une part de notre culture. Toto a habillé les manifs, les théâtres de rue, les premiers appartements étudiants et même les mariages à budget serré. C’est toute une économie de la débrouille et du « fait maison » qui se voit détricotée fil par fil.

Imaginez les trésors qui vous attendent : des tissus qui ont peut-être servi à coudre le premier costume de votre oncle dans les années 70 ou le rideau derrière lequel vous avez eu votre premier baiser. Chaque pièce de tissu a une histoire, si seulement les fibres pouvaient parler…

Choppez les dernières perles avant l’extinction des feux

Si Toto était un groupe de rock, ce serait le Velvet Underground de la couture : pas toujours mainstream, un peu brut, mais diablement influent. Et comme pour une dernière tournée d’adieu, les fans — et les curieux — sont invités à piller les lieux avant que le dernier riff ne résonne.

Passez la porte de ces magasins avant mi-août, et participez à cette dernière danse des prix cassés. C’est un moment de recueillement, mais aussi d’opportunité. Venez rendre hommage à cette institution et, qui sait, repartez avec un morceau de l’histoire textile française sous le bras.

L’heure n’est plus à la nostalgie, mais à l’action. Allez, faites chauffer la carte bleue, et que le meilleur chineur gagne !

Pierre François

Pierre François

Pierre François

Pierre François

Auteur / Economiste / Sociologue

👔 Sociologue et Chercheur
📍 Basé à Paris | Spécialiste en sociologie économique et sociologie de l’art
🎓 Formé à l’École Normale Supérieure et à l’Institut d’Études Politiques de Paris
🤝 Dirige des projets de recherche centrés sur le capitalisme et l’assurance
🌍 Intéressé par les liens entre économie, culture et société
💼 A publié sur des thèmes variés liés à l’économie et à l’art
📸 #Sociologie #Économie #Culture