Logo LES PAVÉS BORDELAIS

par | 29 Avr 2024 à 10:04

Bordeaux et ses jours fériés : un mai pas comme les autres

Temps de lecture : 2 minutes Mai 2024 à Bordeaux, c'est le Coachella des jours fériés ! Entre horaires de tram ajustés et bacs de recyclage négligés, les Bordelais naviguent dans un agenda plus chargé qu'un bar à vins un vendredi soir.
Temps de lecture : 2 minutes
Temps de lecture : 2 minutes

Un agenda serré comme un tramway à l’heure de pointe

Mai 2024 à Bordeaux, c’est pas moins que le Coachella des jours fériés! Pourtant, plutôt que de nous retrouver à danser pieds nus dans les parcs, voilà nos habitants jonglant avec un calendrier qui ferait pâlir un contrôleur de gestion. On commence le bal le 1er mai avec la Fête du travail, suivie de près par la Victoire de 1945 le 8, et l’Ascension le 9. Bordeaux, dans sa splendeur administrative, nous prépare donc un délicieux cocktail de ponts et de jours « off » qui mettront à rude épreuve notre capacité à rester productifs.

 Le tram, cet ami qui ne te laisse pas tomber (sauf en grève)

À Bordeaux, les jours fériés sont synonymes de chamboulements pour les transports. Le réseau TBM (Transports Bordeaux Métropole pour les non-initiés), cette bête sauvage qui se meut dans la jungle urbaine, adapte ses horaires. Des lignes de tram et de bus sont prêtes à avaler plus de passagers que la Cité du Vin un jour de vernissage. Les horaires étendus sont là, oui, mais à quel prix? Des arrêts à la demande qui semblent aussi incertains que la météo locale.

Des poubelles plus célèbres que la colonne des Girondins

Côté ménage, c’est le drame shakespearien. Les jours de collecte des ordures et du recyclage prennent des vacances eux aussi. Bordeaux Métropole, dans une tentative héroïque de communication, essaie de nous faire utiliser une carte interactive plus complexe que le menu d’un restaurant végan. Résultat? Des Bacs gris et verts qui se sentent délaissés comme des expositions temporaires au CAPC.

Culture, mon amour, que fais-tu pendant ce temps?

Dans cette symphonie de congés, Bordeaux ne perd pas le Nord culturel. Les musées, ces cathédrales modernes de l’art et de l’histoire, ouvrent leurs portes comme pour dire : « Venez, peuple de Bordeaux, enrichissez-vous l’esprit plutôt que de cuver votre vin. » Ah! Si seulement la Joconde pouvait voir ça, un sourire encore plus énigmatique naîtrait sur ses lèvres.

Pour finir

Enfin, que reste-t-il de ces jours de pause forcée ? Une métropole qui, entre deux verres de rouge, essaie tant bien que mal de gérer l’influx de temps libre imposé à ses habitants. Bordeaux, avec son charme indéniable et son efficacité parfois discutable, reste cette belle endormie qui, même en mai, ne perd jamais tout à fait le rythme. Alors, chers Bordelais et visiteurs, préparez vos meilleures chaussures de marche, car le mois de mai ne sera pas de tout repos. Au moins, on ne s’ennuie jamais, n’est-ce pas?

gcope

gcope