Logo LES PAVÉS BORDELAIS

par | 11 Juin 2024 à 08:06

Bordeaux réveillé : Stéphane Derenoncourt secoue le terroir avec « Le Jus »

Stéphane Derenoncourt, en lançant 'Le Jus', ne se contente pas de vendre du vin, il vend une révolution. Avec un mélange de 50% merlot et 50% cabernet franc, ce vin à 10 euros par bouteille bouscule les traditions élitistes de Bordeaux, proposant un produit accessible, fruité et frais, directement aux amateurs de vin. Est-ce le début d'une nouvelle ère pour Bordeaux ?
Temps de lecture : 2 minutes

« Du vin, oui, mais faites-le bien ! »

Alerte rouge à Bordeaux ! Stéphane Derenoncourt, ce consultant en vin qui ne mâche pas ses mots, a décidé de bousculer le monde viticole bordelais. Et comment compte-t-il s’y prendre ? Avec une petite bombe nommée « Le Jus » : un mélange audacieux de 50% merlot et 50% cabernet franc, vendu directement au peuple pour la modique somme de 10 euros la bouteille. Oui, vous avez bien lu, dix euros. Est-ce le début de la fin pour les châteaux hautains et leurs millésimes hors de prix ? Peut-être bien.

Un cri de guerre contre les faux grands crus

Bordeaux, cette vénérable institution du vin, semble avoir perdu son âme quelque part entre la spéculation et les classements douteux. Derenoncourt le clame haut et fort : il est temps de mettre un terme à la production de ces soi-disant grands vins qui ne sont que l’ombre d’eux-mêmes, chargés de copeaux de bois pour masquer leur manque de maturité. « Le Jus » promet de revenir aux bases : du fruit, de la fraîcheur, et un brin de rébellion.

Les vieux codes ? À la poubelle !

C’est un fait, Bordeaux a besoin d’une révolution, et notre homme semble prêt à mener la charge. Oubliez les châteaux et leurs vieilles pierres ; Derenoncourt veut parler de produit, de plaisir, d’accessibilité. Il remet en cause le système entier, des vignerons encrassés dans le passé jusqu’aux négociants qui ne savent plus quoi faire de leur stock. « Le Jus » n’est pas juste un vin, c’est un manifeste, un moyen de ramener Bordeaux aux gens qui l’aiment pour ce qu’il devrait être : simple, honnête, digeste.

Un nouveau départ pour les petits vignerons

Mais Derenoncourt ne s’arrête pas là. Il veut redonner espoir à ces petits domaines familiaux, ces âmes perdues de l’Entre-deux-Mers et des côtes de Bordeaux, abandonnés par un négoce dépassé. Avec « Le Jus », il propose un modèle où le vigneron est correctement rémunéré, où les raisins sont choisis pour leur qualité, et où chaque bouteille vendue contribue à un cercle vertueux de production durable et équitable.

Vers un Bordeaux renouvelé ?

Imaginez un Bordeaux où le vin ne serait pas juste un produit de luxe pour les riches, mais une joie quotidienne pour tous. Un Bordeaux où les vignerons ne sont pas écrasés par le poids de l’histoire, mais inspirés par les possibilités de l’avenir. Derenoncourt rêve de ce Bordeaux, et avec « Le Jus », il nous invite tous à rêver avec lui.

Il reste à voir si le marché et les puristes accepteront ce changement, ou si les anciens châteaux continueront de régner en maîtres incontestés. Mais une chose est sûre : avec « Le Jus », Bordeaux ne sera plus jamais le même. Et si cela signifie que nous pouvons enfin boire un Bordeaux sans se ruiner ou se perdre dans un labyrinthe de prétention, alors levons nos verres à ce nouveau chapitre. Qui sait ? Peut-être que le changement a enfin trouvé son porte-étendard dans ce vin audacieux. À la bonne vôtre, Stéphane !

gcope

gcope