Logo LES PAVÉS BORDELAIS

par | 21 Juin 2024 à 10:06

Grêle sur Bordeaux : un coup de massue pour les vignerons

Bordeaux vit une véritable scène de désastre après une tempête de grêle sans précédent. Avec des grêlons de la taille de balles de golf, la région viticole subit de lourdes pertes, poussant les vignerons à lutter pour la survie de leurs vignes. Découvrez les impacts et les réactions face à cette épreuve dévastatrice.
Temps de lecture : 2 minutes

Quand Mère Nature joue aux boules… de grêle

Bordeaux, réputé pour son vin et ses vignobles pittoresques, vient de vivre une version tout sauf charmante de « l’attaque des titans »… de grêle. Les vignerons du Médoc et du Libournais n’ont pas vu venir cette tempête qui a balancé des grêlons gros comme des balles de golf, et parfois même de pétanque, faisant pleuvoir la désolation sur des centaines d’hectares de vignes. C’est sûr, on est loin du petit crachin sympa qui rafraîchit les grappes en été.

Une apocalyptique partie de pétanque

Le spectacle était hallucinant, presque biblique. Imaginez des billes de glace qui dégringolent du ciel à des vitesses folles, transformant le paysage viticole bordelais en scène de crime contre la nature. À Naujac-sur-Mer, le bilan est glaçant : 1 500 hectares touchés, avec des pertes estimées à 40%. Mais attendez, ce n’est que le début de l’histoire.

Dans les vignobles entourant Jau-Dignac-et-Loirac, c’est carrément l’apocalypse : 35 hectares complètement détruits. On parle de 134 viticulteurs qui vont devoir jouer les MacGyver pour sauver ce qui peut l’être.

« C’est du jamais vu », vraiment ?

Du côté de Fronsac, le constat est similaire, avec un président des vins de l’appellation qui, entre deux soupirs, vous dira : « C’est du jamais vu ». Ah, cette phrase qu’on adore détester ! Surtout quand elle précède des nouvelles aussi givrées. Là-bas aussi, la grêle a fait des siennes, laissant derrière elle des vignes en mode puzzle à reconstruire.

Et après la tempête ? Le mildiou s’invite

Si les grêlons n’étaient pas assez de mauvaises nouvelles, voici que le mildiou, cette maladie fongique que tout vigneron redoute, menace de profiter de l’humidité pour faire son grand retour. Les viticulteurs vont devoir jongler entre les traitements et les prières pour que leurs vignes survivent à cette double peine.

Le changement climatique, un suspect habituel

Pour couronner le tout, il semble que le dérèglement climatique ait encore son mot à dire dans cette affaire. Les orages, qui avant ne franchissaient pas la Dordogne, semblent avoir trouvé un passe-droit écologique pour ravager plus loin. Les barrières naturelles ne suffisent plus, et nos vignerons sont en première ligne.

Alors, on fait quoi maintenant ?

Face à cette déroute, les vignerons appellent à l’aide, espérant des soutiens financiers pour colmater les brèches. Quant aux compagnies d’assurance, elles risquent de voir débarquer une vague de demandes de dédommagement plus fournie que les clients d’un bar à vins un vendredi soir.

Dans cette histoire, on retiendra surtout l’ironie cruelle d’une région célébrée pour son climat doux qui se retrouve à gérer des catastrophes dignes du grand nord. Alors que certains se préparent déjà pour une vendange 2024 au goût amer, d’autres scrutent le ciel, espérant que le prochain coup de dé de Mère Nature sera un peu plus clément.

Pour les amateurs de vin, les prochaines dégustations auront sans doute un arrière-goût de résilience et d’adaptation, des qualités qui, on l’espère, infuseront dans le terroir bordelais autant que dans le caractère de ceux qui le cultivent. Quant à moi, je lève mon verre à la santé de ces vignerons qui ne se laissent pas abattre. Santé, et que le soleil revienne vite, au ciel comme dans les cœurs.

Pierre François

Pierre François

Pierre François

Pierre François

Auteur / Economiste / Sociologue

👔 Sociologue et Chercheur
📍 Basé à Paris | Spécialiste en sociologie économique et sociologie de l’art
🎓 Formé à l’École Normale Supérieure et à l’Institut d’Études Politiques de Paris
🤝 Dirige des projets de recherche centrés sur le capitalisme et l’assurance
🌍 Intéressé par les liens entre économie, culture et société
💼 A publié sur des thèmes variés liés à l’économie et à l’art
📸 #Sociologie #Économie #Culture